[SADE, Donatien Alphonse François, marquis de.]

Lot 207
10 000 - 15 000 €
Résultat: 62 660 €

[SADE, Donatien Alphonse François, marquis de.]


Justine, ou les Malheurs de la vertu. En Hollande, chez les libraires associés [Paris, Girouard], 1791.
2 tomes en un volume in-8 (194 x 120 mm) de 1 frontispice, 283 pp.; (2) ff., 191 pp.: maroquin bleu, dos à nerfs orné de caissons de filets dorés, large encadrement formé de filets, pointillés et roulette dorés sur les plats, palmettes dorées aux angles, coupes filetées or, dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrures (reliure du XIXe siècle).
Édition originale du premier livre imprimé du marquis de Sade, jeune auteur de cinquante et un ans, récemment libéré à la faveur de la Révolution française.
Elle est ornée d'un frontispice allégorique, gravé sur cuivre par Carrée d'après P. Cherry, montrant la Vertu entre la Luxure et l'Irréligion.
Continûment désavouée par son auteur, Justine fit scandale, mais connut un succès remarquable qu'attestent les nombreuses rééditions qui se succédèrent, dès 1791.
“Justine scandalise, certes, mais surtout elle fait peur. Sa publication provoque un effet de panique.
Très vite, on sent que les moeurs ne sont pas seules en cause, que la subversion va bien au-delà de l'obscénité, que le vrai danger est ailleurs. C'est pourquoi les contemporains lui refusent ce minimum de tolérance dont bénéficient ordinairement les écrits licencieux. Justine, on la rejette en bloc, sans appel; on voudrait la voir anéantie; on fuit devant elle comme devant une invasion barbare, par instinct de survie” (Maurice Lever).
“Un orage littéraire en 1791” (Jean-Jacques
Pauvert)
Composant la légende dorée de son règne, l'empereur déchu se souviendra de Sade et de Justine, qu'il haïssait: “[Napoléon] a dit qu'étant empereur, il [...] avait parcouru le livre le plus abominable qu'ait enfanté l'imagination la plus dépravée: c'est un roman qui, au temps de la
Convention même, avait révolté, disait-il, la morale publique, au point de faire enfermer son auteur, qui l'était toujours demeuré depuis” (Mémorial de Sainte-Hélène).
Très bel exemplaire à grandes marges relié vers 1860.
De la bibliothèque Édouard Moura, avec ex-libris (cat. 1923, n° 681). Quelques pâles rousseurs.
Restaurations de papier dans les marges des pages 39-40 et 217-218.
On a relié à la fin de l'exemplaire un extrait des Affiches, annonces et avis divers, ou Journal général de France du 27 septembre 1792 comprenant une recension de Justine. Le rédacteur dénonce “cet ouvrage monstrueux”, “ce livre vénéneux”, tout en incitant les “hommes mûrs” à le lire, “pour voir jusqu'où peut aller le délire de l'imagination humaine”, avant de le jeter au feu.
Le critique anonyme rend toutefois hommage à l'imagination “riche et brillante” de l'auteur.
Bibliothèque Bodmer, Sade, un athée en amour, Genève, 2014, nº 100: cet exemplaire. Michel Delon décrit le compte rendu des Affiches relié à la fin.- Bibliothèque de l'Arsenal, Les Choix de Pierre Leroy, 2016, nº 45.- Pia, Les Livres de l'Enfer, 388.- Lever,
Sade, pp. 427-428.- Pauvert, Sade vivant, II, p. 598
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
PARIS
Pierre Bergé & Associés
92, avenue d'Iéna
75116 PARIS
T. +33 (0)1 49 49 90 00
F. +33 (0)1 49 49 90 01

BRUXELLES
Pierre Bergé & Associés
Avenue du Général de Gaulle 47
1050 Bruxelles
T. +32 (0)2 504 80 30
F. +32 (0)2 513 21 65