Claude-Gaspard BACHET, sieur de MÉZIRIAC (1581-1638)

Lot 26
Got to lot
Estimation :
600 - 800 EUR
Result without fees
Result : 708EUR
Claude-Gaspard BACHET, sieur de MÉZIRIAC (1581-1638)
Poète, helléniste, mathématicien et traducteur, un des membres fondateurs de l'Académie Française. [AF] MANUSCRIT autographe, [De la Traduction, 1635]; 2 pages petit in-4, avec ratures, corrections et additions. TRÈS RARE FRAGMENT DU DISCOURS D'ENTRÉE DE BACHET DE MÉZIRIAC À LA TOUTE JEUNE ACADÉMIE FRANÇAISE, SUR LA TRADUCTION. Ce discours, le 17e prononcé à l'Académie, fut lu par VAUGELAS le 10 décembre 1635 en l'absence de son auteur, habitant Bourgen- Bresse et dispensé de la résidence. C'est une critique sévère de la célèbre traduction par Jacques AMYOT des Vies parallèles des hommes illustres de PLUTARQUE, dont Méziriac préparait une nouvelle traduction. Il relève la moindre erreur d'Amyot, dénonçant son manque de pratique et son ignorance... «Et parce que la musique rend homage a l'arithmetique de tout ce qu'elle enseigne avec demonstration, il ne faut pas s'estonner si Amiot ayant eu si peu d'acces avec la science maistresse, n'a pû se rendre familiere celle qui luy est subordonnée. Mais je serois trop long si je cottois les fautes qu'il a faites sur ce subjet au traité de la Musique, où il a si mal reussi, que suivant sa traduction une bonne partie de ce livre là n'est pas intelligible»... De même pour l'astrologie, comme on peut le constater à un passage de la vie de Romulus. «Il n'y a pas moins d'apparence de croire, qu'il n'employa jamais beaucoup de temps à l'estude de la Geographie», commele montrent quelques exemples... «Je ne m'amuseray pas davantage à censurer Amiot, parce qu'il me semble que j'ay fait voir suffisemment son insuffisance, et qu'il n'avoit pas fait les provisions necessaires pour s'embarquer sur un si vaste ocean sans s'exposer au danger de faire naufrage». Bachet accuse Amyot d'avoir, par cette «infinité de fautes dans la traduction», défiguré Plutarque. Corriger toutes ces fautes ne serait pas «un moindre travail que celuy qu'Hercule soustint, quand il nettoya les estables d'Augias. Or je n'ose pas m'asseurer que je puisse venir a bo
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue