[MOREAU (Jacob-Nicolas)].

Lot 59
Go to lot
Estimation :
300 - 400 EUR
Result without fees
Result : 300EUR
[MOREAU (Jacob-Nicolas)].
Examen des effets que doivent produire dans le commerce de France, l'usage et la fabrication des toiles peintes : ou Réponse à l'ouvrage intitulé : Réflexions sur les avantages de la libre fabrication et de l'usage des toiles peintes. Genève, et se trouve à Paris, chez la Veuve Delaguette, 1759 - [Relié en tête :] Réflexions sur différents objets du commerce et en particulier sur la libre fabrication des toiles peintes. Genève (Paris, Knapen), 1759. Ensemble deux ouvrages en un volume in-12 de : 1) (2), 146 pp. ; 2) (4), (III), 240 pp., reliure de l'époque en veau marbré, dos orné, tranches rouges. Editions originales. L'historiographe Moreau répond ici à l'ouvrage de l'abbé Morellet publié l'année précédente. En disciple des physiocrates, Morellet défendait la libre fabrication et circulation des étoffes peintes. Au nom des fabricans, Moreau se prononce pour la prohibition, afin de protéger le commerce et les manufactures françaises. « La querelle des toiles peintes, importées de Hollande et de Grande-Bretagne, a préoccupé l'opinion publique et les auteurs (en particulier l'abbé Morellet, Dupont de Nemours, Véron de Forbonnais et Vincent de Gournay) se sont livré bataille à son sujet comme ils l'avaient fait au sujet du commerce des grains. La discussion se résume dans un conflit entre la tendance libérale et la tendance protectionniste » (Leblanc). L'auteur resté anonyme des rares et intéressantes Reflexions sur differens objets du commerce reliées en tête retrace l'origine historique de la liberté du commerce. Il se prononce pour un libéralisme dirigé : « admettre les marchandises étrangères en les chargeant de droits proportionnés à l'objet ». Bon exemplaire. Restauration au mors supérieur, petites craquelures au cuir de la reliure. INED, 4766, 3277 ; Einaudi, 4013 ; Goldsmiths, 9465.
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue