AURELIANO MILANI (BOLOGNE 1675 - ROME 1749), Le... - Lot 11 - Pierre Bergé & Associés

Lot 11
Go to lot
Estimation :
2000 - 3000 EUR
Result with fees
Result : 2 340EUR
AURELIANO MILANI (BOLOGNE 1675 - ROME 1749), Le... - Lot 11 - Pierre Bergé & Associés
AURELIANO MILANI (BOLOGNE 1675 - ROME 1749), Le Christ et la Cananéenne Encre brune et lavis brun sur papier contrecollé en plein. (petites manques). H_33,6 cm L_41,9 cm Provenance: D'après le propriétaire actuel, acquis directement par lui chez le comte Artus Talon Sampieri à Bologne. Souhaitant décorer les appartements du rez-de-chaussée de sa demeure bolonaise en Strada Maggiore, le comte Astorre Sampieri, jeune abbé appartenant à une famille parmi les plus remarquables de Bologne, fit appel en 1593 aux trois Carraches, les peintres les plus en vogue de la ville. Les frères Agostino (1557 - 1602) et Annibale (1560 - 1609), et le cousin Ludovico (1555 - 1619) furent chargés d'accomplir des fresques mythologiques et des tableaux religieux, travaillant ici ensemble pour la dernière fois. Formant un triptyque stylistiquement très homogène autour de trois épisodes de l'Evangile dans lesquels le Christ dialoguait avec des femmes, les tableaux ornaient la Galerie du palazzo jusqu'en 1811. À cette date, ils furent vendus pour des raisons d'impôts à Eugène de Beauharnais et placés pas la suite au Musée de Brera à Milan. Ils avaient fait par ailleurs l'objet d'enthousiastes éloges au cours des siècles et avaient été décrits dans plusieurs guides publiés entre le XVIIe et le XIXe siècle (Malvasia, 1686 et 1792; Description française et italienne de tout ce que est contenu dans la galerie du Monsieur Marquis et Senateur Louis Sampieri, 1795; Inventaire de la collection Sampieri, 1787), et admirés par des illustres visiteurs (dont l'empereur Joseph II en 1769, Charles De Brosses en 1739/40, Nicolas Cochin en 1750/51 et Jean-Honoré Fragonard en 1759). Se rapprochant au style précocement classicisant des cousins, Ludovico Carracci a peint un tableau avec la scène du Christ et la Cananéenne, d'où dérive ce dessin inédit. On sait que les trois tableaux suscitèrent l'enthousiasme des artistes bolonais. Parmi eux, il y avait probablement un parent éloigné de Ludovico, Aureliano Mila
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue