BOSSUET, Jacques Bénigne.

Lot 874
Aller au lot
6 000 - 8 000 €
Result with fees
Result : 8 594 €

BOSSUET, Jacques Bénigne.

Refutation du catechisme du Sr Paul Ferry, ministre de la religion pretendue réformée.
Metz, Jean Antoine, 1655.
In-4 [205 x 146 mm] de (6) ff., 240 pp.: vélin souple (reliure de l'époque).
Édition originale d'une grande rareté: elle est dédiée au maréchal de Schomberg, duc d'Halluyn et gouverneur de Metz.
Premier livre de Bossuet.
L'ouvrage est publié à Metz où Bossuet avait des attaches familiales: il y débuta sa carrière ecclésiastique et il ne résignera son décanat qu'en 1669.
Réfutation du livre de Paul Ferry, ministre de la communauté protestante de Metz, paru à Sedan en 1654: Bossuet, âgé de 28 ans, y lance un vibrant appel à l'union religieuse.
Les deux hommes se réconcilieront et Bossuet l'appellera "un des plus grands hommes, des plus sages et des mieux intentionnés du monde". (Emmanuelle Toulet, Jacques Bénigne Bossuet: de l'amitié du Grand
Condé à l'hommage du duc d'Aumale, Bibliothèque de Chantilly, nº 1.)
Précieux envoi autographe signé sur le feuillet de garde:
Pour Monsieur des Rivets par son tres obeissant serviteur Bossuet
Une lecture ancienne lisait "des Rieux"; une plus récente propose "des Rivet", liant l'envoi à un prêtre de la Mission, Louis Rivet, qui avait fondé à Dourdan en 1663 une confrérie de charité.
(Bossuet entretenait de bonnes relations avec cet ordre fondé par saint Vincent de Paul.)
Cette nouvelle lecture ne tient pas compte du s final, les mots ou noms terminés par la lettre t étant ascendants chez Bossuet et non terminés, comme ici, par une barre oblique descendante.
On propose de lire "des Rivets", nom d'une famille de Metz qui renvoie ici sans doute à Dieudonné
David des Rivets, chevalier, seigneur de Blettange dont l'épouse, Anne du Choquay, meurt en 1664.
Plusieurs inscriptions manuscrites restituent la généalogie de l'exemplaire qui devint la propriété du baron Larrey, chirurgien en chef de la Grande armée. Ce dernier l'offrit au pasteur Martin-Paschoud, qui le transmit au professeur Maunoir. En 1843, il échut à Charles Summer, évêque de Winchester.
On retrouve ensuite l'exemplaire dans la bibliothèque E. Daguin (cat., 1905, n° 924, où l'exemplaire est aussi cité dans la préface comme une pièce exceptionnelle).
Précieux et bel exemplaire conservé dans sa première reliure en vélin.
Le premier combat du futur
Aigle de Meaux
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue