Grande Vierge à l'Enfant en bois sculpté,...

Lot 49
Aller au lot
Estimation :
20000 - 30000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 29 900EUR

Grande Vierge à l'Enfant en bois sculpté,...

Grande Vierge à l'Enfant en bois sculpté, polychromé et doré, dos creusé. Debout sur un croissant, la Vierge porte l'Enfant sur son côté gauche; tête ceinte d'une couronne posée sur une chevelure aux longues mèches ondulées tombant sur les épaules et dans le dos; beau visage aux traits réguliers; elle est revêtue d'une robe au col fermé par un bouton et d'un manteau dont un pan revient sur le devant en formant de plis très creusés en V ouvert; l'Enfant, au buste découvert, tient une pomme de la main gauche et bénit de l'autre; visage au haut front dégagé et jolie chevelure aux boucles serrées.
Brabant, vers 1480
Hauteur: 138 cm
(manques à la couronne, usures à la polychromie)
Compte-tenu de ses dimensions, cette tête appartenait à une statuette d'assez grande taille, de plus de 80 cm. Les traces de fixation au dos montrent qu'elle était scellée, peut-être sur le soubassement d'un tombeau, dans une niche, un jubé ou un retable.
Dans l'iconographie religieuse de la fin du Moyen Age, le turban évoque l'Orient comme on peut le voir sur de nombreux primitifs flamands ou sculptures du XVe siècle. Chez les femmes, il est essentiellement porté par les saintes Femmes entourant le Christ ou la Vierge, notamment dans les
Mises au tombeau et les Crucifixions. On peut le voir également ceignant la tête des Sibylles, nées de l'imaginaire des Grecs et ensuite assimilées par les Pères de l'Eglise aux prophètes de l'Ancien Testament censés annoncer la venue du Messie.
Représenté la plupart du temps accompagné d'une pièce de toile, la « touaille » ou la « barbette », passant sous le menton afin de le maintenir, le turban est ici en partie emprisonné par une coiffe s'apparentant à une guimpe voire à un chaperon par son prolongement à l'arrière. Il faut y voir une coquetterie dans cette coiffure féminine, telle que les artistes en prêtent à Marie-Madeleine ou aux saintes Femmes. La Sainte myrophore du sépulcre de l'Hôpital de Tonnerre (vers 1454) en donne ai
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue