ALBERTI, Leon Battista.

Lot 5
Aller au lot
150 000 - 200 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 226 367 €

ALBERTI, Leon Battista.

De re aedificatoria. Florence, Nicolaus Laurentius Alamanus, janvier 1485. In-folio (280 x 208 mm) de 204 ff.n.ch. Collation: a-d8 e6 f-o8 p6 q-z & ? ?8 (a1r blanc, a1v dédicace à Lorenzo de Medici, a2r début du texte, X7v colophon, ?8r ode au lecteur par «Baptista siculus,» ?8v registrum). 34 lignes, lettre Romaine, espaces de 6 et 7 lignes avec initiales imprimées; veau brun, roulette encadrant les plats, blason central de William Stirling, dos à nerfs (reliure anglaise du début du XIXe siècle).
BMC, VI, 630; BSB-Ink A-125; Cicognara, 370; Fowler, 3; Goff, A-215; GW, 579; HC, 419; Millard Italian 4; PMM, 28.
Editio princeps, établie par Ange Politien (1454-1494) et dédiée à Laurent de Médicis.
Homme de lettres, défenseur de la langue italienne, moraliste, mathématicien, mais surtout théoricien de l'art et architecte, Alberti s'est acquis dès la Renaissance une réputation universelle.
Ses projets d'édifices créèrent un nouveau langage architectural, synthèse hardie de l'Antiquité et de la modernité. Moins d'un siècle après sa mort, il restait une autorité, et Vasari, dans la première édition des Vies, rendit hommage au «Vitruve florentin».
L'architecture était aux yeux d'Alberti l'art par excellence, celui qui contribue le mieux à l'intérêt public, la forme supérieure du Bien. Dans les années 1440, à la demande de Lionello d'Este, Alberti entreprit un commentaire du De architectura de Vitruve. Devant l'obscurité et les incohérences du texte, il décida de réécrire lui-même un traité d'architecture, inspiré certes de l'architecte romain, mais adapté aux nécessités et aux mentalités modernes.
Le De re aedificatoria («l'Art d'édifier»), divisé en dix livres comme le traité vitruvien, est le premier traité d'architecture de la Renaissance. Très rapidement, Alberti fut cité par les humanistes et les écrivains, tel Rabelais dans Pantagruel, comme l'égal non seulement de Vitruve, mais aussi d'Euclide ou d'Archimède. Dans l'introduction de l'ouvrage, Alberti aborde le rôle de l'architecture dans la vie sociale. Les trois premiers livres techniques sont consacrés respectivement au dessin, aux matériaux, aux principes de structure. Dans les livres IV à X, Alberti traite de l'architecture civile: choix du site, typologie des édifices civils, publics et privés.
Sa cité idéale a un plan rationnel, avec des édifices régulièrement disposés de part et d'autre de rues larges et rectilignes. Cette nouvelle conception de l'urbanisme, en rupture avec les pratiques médiévales, est liée sans doute à l'essor sans précédent de la cité-république.
Le De re aedificatoria est aussi le premier texte moderne à parler clairement des ordres d'architecture.
C'est aussi le premier livre d'architecture imprimé daté.
Sa publication est antérieure d'au moins une année à la première édition du De architectura de Vitruve (Rome, Eucharius Silber, vers 1486 ou 1487; voir BAL, IV, 3489, qui date l'édition entre août 1486 et août 1487).
“The De re aedifi caria, the fi rst original Renaissance treatise on the art, may have been fi nished as early as 1450 - before Alberti himself became a practising architect of importance - but was published posthumously by Bernardo Alberti in 1485... His book includes a scheme for building a whole new town, the earliest printed example of town planning” (PMM).
“First edition of probably the fi rst printed book devoted to architecture, since the undated Vitruvius editio princeps has only been fi xed with fair certainty to somewhere between 1483 and 1490” (BAL, I, 46, p. 26).
On connaît deux tirages du dernier cahier de cette édition (voir description donnée dans le British Museum Catalogue): le notre correspond au tirage avec le colophon indiquant “quarto Kalendas” (au lieu de “quarto chalendas”).
Provenance: quelques notes anciennes d'au moins deux mains différentes - William Stirling (ex-libris et armoiries sur les plats) - KEIR (ex-libris).
William Stirling (1818-1878) était historien d'art, homme politique, bibliophile et hispaniste. Ce collectionneur important constitua l'une des plus grandes collections d'art espagnol hors d'Espagne; il possédait, entre autres, des toiles de Goya, Zurbaran et Gréco et il est l'auteur de la première grande étude sur Diego Velázquez.
Premier feuillet nettoyé, quelques rares rousseurs en marge, petits trous de vers en marge blanche des deux derniers cahiers; reliure restaurée avec le dos refait, gardes renouvelées.
First edition of the fi rst printed and dated book on architecture in Western Europe, and one of the fi rst truly modern books on a technical subject. The present copy in the issue with the colophon reset (“quarto Kalendas”) as described in the British
Museum Catalogue.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue