[Alfred JARRY]. Christian-Dietrich GRABBE.

Lot 10
Aller au lot
Estimation :
6000 - 8000 EUR
Laisser un ordre
Votre montant
 EUR
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

[Alfred JARRY]. Christian-Dietrich GRABBE.

Les Silènes. [1900-1906].
Fragment de manuscrit autographe de 18 pages in-8 numérotées 14 - 31, 1 page imprimée corrigée, chemise de papier chamois avec titre autographe.
Manuscrit autographe des Silènes, traduction de la comédie
Plaisanterie, Satire, Ironie et Signification plus profonde de Christian-
Dietrich Grabbe. Seul manuscrit autographe encore en main privée ; il provient des archives du poète italien Marinetti.
Le manuscrit offre une mise au net avec corrections autographes de l'acte
III. Le dernier feuillet est un extrait de la Revue Blanche de janvier 1900.
Le tout est contenu dans une chemise de papier chamois, portant, de la main de Jarry au crayon bleu, "Théâtre mirlitonesque. Alfred Jarry. Les Silènes traduit de l'allemand de Chr.-D. Grabbe". Chaque page a été numérotée au crayon bleu par l'auteur.
Son texte correspond aux scènes II, III, V, VI de la pièce allemande.
Le découpage de ces scènes a été adapté par Jarry à la tradition classique française, marquant un changement de scène à chaque entrée ou sortie de personnage. Le titre choisi par le traducteur, totalement étranger à l'oeuvre de Grabbe, fait référence au Prologue du Gargantua.
La traduction de la comédie de Christian-Dietrich Grabbe occupa Jarry à partir de 1898. A l'époque, le dramaturge allemand, disparu prématurément en 1836, était totalement ignoré du public français : de l'autre côté du Rhin, on commençait à peine à reconnaître l'innovation de son oeuvre.
Bien qu'annoncées dans le Mercure de France du 1er février 1898 par le Théâtre des Pantins, les Silènes ne furent jamais représentées. Elles connurent seulement une publication partielle dans la Revue blanche en janvier 1900.
La France devait ainsi attendre les surréalistes pour tirer Grabbe - et avec lui la traduction de Jarry - définitivement de l'oubli : "Dans la production dramatique de Grabbe, la pièce traduite par Alfred Jarry [...] occupe une place tout à fait à part. Une analyse sommaire ne saurait que faire pressentir les mérites d'une oeuvre dont la géniale bouffonnerie n'a jamais été surpassée, qui détonne au plus haut point dans son temps et est douée plus que toute autre de prolongements innombrables jusqu'à nous" (Breton, Anthologie de l'humour noir, in OEuvres II, Bibliothèque de la Pléiade, 1992, pp. 928-929).
S'il est établi que le présent manuscrit a été rédigé après la publication dans la Revue blanche en janvier 1900, les éléments permettant de dater son écriture sont rares :
Il "a pu être produit par Jarry dans les huit dernières années de sa vie ; on hésite à s'avancer plus mais, comme le calibrage du texte de ce manuscrit correspond à peu près à celui des volumes publiés en 1906 par l'éditeur Sansot dans la collection du ‘Théâtre mirlitonesque', on peut se demander si ce n'est pas dans ces années-là, en effet, que Jarry désira publier cette partie inédite de sa traduction, et qu'il confectionna dans ce but ce manuscrit de 19 feuillets.
Si cette dernière hypothèse est juste, on pourrait soutenir que, découverte en 1896, traduite en 1898, partiellement publiée en 1900, la comédie de Grabbe fut une constante préoccupation de Jarry. Sans doute avait-il le sentiment que s'exprimait là un style de théâtre qui s'apparentait au sien, et qu'il ne désespérait pas tout à fait d'imposer..." (Jarry, OEuvres complètes II, Bibliothèque de la Pléiade, 1987, p. 701).
"Une oeuvre dont la géniale bouffonnerie n'a jamais été surpassée" (André Breton)
Deux autres manuscrits des Silènes ont été répertoriés dans l'édition de la Pléiade :
Le manuscrit complet de 1898 de 103 pages, destiné au Théâtre des Pantins. Acquis par Tristan
Tzara en 1954, il figura dans la vente de sa bibliothèque (1989, lot 238). Il est aujourd'hui conservé à la bibliothèque Jacques Doucet.
Un manuscrit de 23 pages correspondant à la publication dans la Revue blanche, également fixé à la bibliothèque Jacques Doucet. Il ne se recoupe que très partiellement avec le présent manuscrit.
Le présent document autographe reste ainsi l'unique trace manuscrite des Silènes encore en mains privées.
Longtemps enfoui dans les collections de Filippo Tommaso Marinetti, il n'a été révélé qu'à la publication des OEuvres complètes de Jarry dans l'édition de la Pléiade en 1987.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue