Jean PAULHAN.

Lot 235
Aller au lot
Estimation :
800 - 1000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 2 401EUR
Jean PAULHAN.
Le Pont traversé. Paris, Camille Bloch, 1921.
In-16 : cartonnage de papier marbré à la Bradel, entièrement non rogné, couverture conservée (reliure de l' époque).
Édition originale : tirage limité à 575 exemplaires sur vergé d'Arches à la forme.
Un des 75 exemplaires de tête hors commerce, numérotés en chiffres romains (nº XVIII).
Envoi autographe signé : à Paul Eluard,
Jean P.
Paul Eluard a fait monter en tête deux lettres autographes de Jean Paulhan à lui adressées.
Une première, signée, de 2 pages in-12, dans laquelle Paulhan évoque André Breton : "Je n'ai pas trouvé de mouches ; mais je vais apprendre à en élever : elles poussent dans le vinaigre. [...]
André Breton m'a écrit une charmante dépêche. Si je ne lui ai pas encore répondu, c'est que je ne sais que lui répondre.
(Je serais bien prêt à entrer, à cinq ou six, dans une société secrète, avec des règlements étroits et des menaces.) C'est bizarre qu'au fond nous ne soyons jamais parlé [sic]."
La seconde, sur une carte postale, non signée : Paulhan demande à ce que ses initiales soient retirées d'une annonce, avec ce commentaire : "Sommes-nous arrivés au moment pompeux de notre amitié." "C'est vrai votre lecture de Tzara m'inquiète. Aussi ce Lischtfousse. Sur ce Léon, qu'est-ce qui vous a surpris : Jacques
Vaché, s'il eût été juif, ses lettres seraient différentes. Il y a une «qualité» intellectuelle des juifs, où ils ont l'esprit désespéré, qui est unique. (Mais les antisémites sont à peu près seuls à en avoir le pressentiment - ou le souci.)"
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue