Plaque en albâtre sculpté en fort relief... - Lot 90 - Pierre Bergé & Associés

Lot 90
Aller au lot
Estimation :
20000 - 30000 EUR
Plaque en albâtre sculpté en fort relief... - Lot 90 - Pierre Bergé & Associés
Plaque en albâtre sculpté en fort relief représentant une frise de quatre enfants. Les quatre jeunes garçons sont nus et adoptent des attitudes variées : sur la gauche, le premier, de profil, prend la main gauche du deuxième qui est de face, la jambe gauche levée, tenant le poignet du troisième ; sur la droite, les deux enfants tiennent une draperie au-dessus de leurs têtes, ils se tournent le dos, l'un la jambe droite levée, l'autre, une main sur la hanche ; base soulignée d'un listel ; monogramme en bas au centre LK.
Allemagne du sud, Souabe, Léonhard Kern (Forchtenberg, 1588 - Schwäbisch Hall, 1662), vers 1630-1640
Hauteur : 25,7 cm - Longueur : 26,8 cm - Profondeur : 4,5 cm
(petits manques et restaurations en bordure, quelques fissures)
Provenance : ancienne collection privée de la Côte Basque, depuis au moins deux générations.
Ouvrages consultés : E. Grünenwald, Leonhard Kern (1588-1662) - Meister des Bildhauerei für die Kunstkammern Europas, Sigmaringen, 1988 ; Die Künstlerfamilie Kern 1529-1691, Jan Thorbecke Verlag, 1998.
On reconnaît bien ici la main de ce grand sculpteur d'enfants qu'était Leonhard
Kern, membre d'une famille talentueuse d'artistes, originaire de la petite ville de Forchtenberg (Bade-Wurtemberg). L'enfant de Kern - généralement masculin
- possède des caractères définis, à l'image des canons typiques de ses nudités féminines : corps grassouillet au ventre arrondi, visage rond et joufflu à double menton avec traits encore infantiles sans être encore ceux d'un bébé. Les cheveux sont courts avec des mèches détachées en virgule ou bouclées.
Grand observateur de l'enfance, étant lui-même auteur d'une abondante progéniture, Léonhard Kern prend un soin particulier à restituer avec justesse les attitudes des corps et à traduire une impression réelle de vie et de mobilité. La morphologie des garçonnets est admirablement rendue avec les bourrelets de chair à la hauteur des poignets ou des cous-de-pied ; il faut aussi signaler ici la particulière finesse du traitement des détails tels les yeux, les bouches, les oreilles, les doigts et les orteils, impressionnants de précision. Ce thème de l'enfance, si récurrent dans l'oeuvre du sculpteur souabe, est aussi à replacer dans son époque ; il faut y voir une réaction à la misère et à la violence qui habitaient cette période de la guerre de Trente ans. L'art profane contribuait ainsi à égayer un peu les esprits en leur apportant plaisir et joie de vivre.
La grande qualité de cette plaque est corroborée par la présence du monogramme de Leonhard que le sculpteur a gravé signant ainsi une composition et une exécution qu'il jugeait accomplies. On retrouve ce LK aux lettres liées sur plusieurs oeuvres de sa main, notamment à la terrasse du saint Jérôme en ivoire conservé au Kunsthistorisches Museum de Vienne (inv. nr.4548), sur le bas-relief en albâtre de la Déposition du Metropolitan Museum of Art de New York (inv.
nr. 2000.283) ou encore sur les Trois Grâces en tilleul sculpté en ronde-bosse du Szépmüvészeti Museum de Budapest (inv.nr.6145). Il est intéressant de noter que ce dernier sujet, par la réussite de sa plastique, a été décliné sur différentes oeuvres réalisées dans d'autres matériaux. L'historienne de l'art Lise Lotte Möller a mis en lumière le rôle de ces Mustertafel (littéralement “exemple de tableau”) qui jouaient le rôle de modèle dans les ateliers des Kern du temps de Leonhard lui-même ou ensuite chez ses successeurs comme son neveu Johann Georg
Kern (1622-1698) ou son élève Johann Jakob Betzoldt (1621-1707). Cette frise d'enfants a ainsi inspiré les décors de deux chopes en ivoire, une attribuée au neveu, visible au Musée de la ville de Berlin, que l'on situe vers 1680 (inv.
nr. K2131, fig. a), une autre dans le même musée attribuée à son élève, de la seconde moitié du XVIIe siècle (inv. nr. K3123, fig. b).
Ce bas-relief a été proposé dans une précédente vente publique à Monte-Carlo (HDMC, Monaco, 12 décembre 2020, lot 73, sous l'attribution à Johann Georg Kern).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue