BÉRANGER (Pierre-Jean de).

Lot 25
Aller au lot
Estimation :
2000 - 2500 EUR
BÉRANGER (Pierre-Jean de).
Oeuvres complètes. Paris, Perrotin, 1847, 2 volumes -
Dernières chansons de 1834 à 1851. Avec une préface de l'auteur. Paris, Perrotin, 1860, un volume - Ma biographie. Avec un appendice et des notes. Paris, Perrotin, 1860, un volume - Musique des chansons de Béranger. Airs notés anciens et modernes. Neuvième édition revue par Frédéric Bérat augmentée de la musique des chansons posthumes d'airs composés par Béranger, Halévy, Gounod et Laurent de Rillé. Paris, Perrotin, 1865, un volume - Chansons de Béranger. Supplément. Paris, chez les marchands de nouveautés, 1866, un volume.
Ensemble six volumes in-8, reliures à dos à nerfs richement et uniformément ornés, les deux premiers (Oeuvres complètes) en maroquin bleu nuit doublé de maroquin rouge, multiple encadrement de filets dorés avec motifs d'angle sur les plats, filets et large roulette dorés sur la doublures, tranches dorées sur témoins, couvertures et dos conservés; les deux suivants de même maroquin, plats plus simplement orné d'un double jeu de filets dorés, tranches dorées de même, couvertures illustrées et dos conservés; les deux derniers en demi-maroquin avec coins, tête dorée, non rogné, couvertures conservées (Mercier, sr de Cuzin).
Remarquable ensemble, l'un des plus complets qui soit.
Il réunit: 1° L'édition des Oeuvres de 1847, la plus complète des Chansons de Béranger, la dernière publiée du vivant de l'auteur.
Elle est ornée, en premier tirage, d'un fac-simile d'une lettre de Béranger à Perrotin, d'un portrait de l'auteur d'après Sandoz, ici en trois états, et de 52 figures hors texte gravées sur acier d'après Daubigny, Johannot, Lemud, Charlet, Rafffet, etc, suite dite de Lemud.
Toutes les planches sont ici en double état, avant la lettre sur chine collé (très rare) et état définitif avec la lettre sur vélin fort.
L'exemplaire contient l'Avis au relieur, présent dans quelques exemplaires seulement. Cet
Avis, qui ne mentionne pas le portrait, est la marque, selon Carteret des premiers exemplaires tirés.
On a enfin joint à l'exemplaire, reliée en fin des volumes, la totalité des 49 couvertures de livraison imprimées sur papier jaune et toutes ornées de la même vignette gravée sur bois.
2° Les Dernières chansons de 1834 à 1851.
Cette réimpression de 1860 de l'édition originale posthume de 1857 est enrichie sur cette dernière d'une suite de 14 figures de Lemud, gravées sur acier dans le même esprit que la précédente, toutes les planches également ici en double état. Catalogue de Perrotin relié in fine.
3° Ma biographie.
Edition plus complète que l'originale de 1857. Elle est augmentée de notes et contient trois chansons inédites ainsi que huit figures hors texte gravées sur acier d'après Raffet, Sandoz et Rattier, toutes en double état, comme les précédentes, avec la lettre sur blanc et avant la lettre sur chine collé.
L'exemplaire a par ailleurs été enrichi d'un portrait de Béranger par Sandoz gravé par Massard, d'un autre, en pied, gravé d'après Charlet, en double état (sur chine avant la lettre et sur blanc avec la lettre), enfin de la photographie du masque mortuaire de l'auteur, également en double état. Extraits du catalogue de Perrotin reliés in fine.
4° La musique des chansons.
Edition la plus complète. Elle contient un portrait en pied de Béranger, une vignette de titre et 116 figures de la suite de Grandville tirées sur chine volant, dont 80 accompagnées d'un second état, sur blanc.
5° Chansons de Béranger. Supplément.
Ce Supplément regroupant les chansons érotiques avait été publié en 1834 et 1836. La présente réimpression, à l'identique, ne fut tirée qu'à 175 exemplaires dont 15 Hollande et 175 sur papier vélin dont celui-ci.
L'exemplaire a en outre été enrichi d'une lettre autographe signée de Béranger (trois pages in-12), datée du 27 novembre 1839, adressée à Gilbert-Urbain Guillaumin, éditeur, la même année, de l'Encyclopédie du commerçant: «Voici, mon cher
Guillaumin, la lettre que vous me demandez pour M. Laffitte. Je doute que vous tiriez grand-chose de notre homme, tout riche qu'il est du fond dont vous avez besoin [...]. Vous avez la bonté de m'envoyer votre Dictionnaire; vous pensez peut-être que je ne le lirai pas. Vous êtes dans l'erreur, mon cher Guillaumin; je vois déjà tout ce que cette lecture peut m'apprendre d'utile, et, tout vieux que je suis, j'aime à m'instruire. Comptez-moi donc au nombre de vos lecteurs les plus assidus. Je vous en souhaite 100 000 comme moi [...]».
Magnifique reunion, superbement reliée par Mercier.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue