JANNEQUIN (Claude)

Lot 19
Aller au lot
2 000 - 3 000 EUR
Résultat : 3 400 EUR

JANNEQUIN (Claude)

Voyage de Lybie au royaume de Senega, le long du Niger, avec la description des habitans qui sont le lon de ce fleuve, leurs coûtumes & façons de vivre: les particularités les plus remarquables de ces pays. Paris, chez Charles Rouillard, 1643. Petit in-8 de (8) ff., 228 pp. mal chiffrées: veau fauve marbré, dos lisse orné, coupes filetées or, tranches rouges (reliure du XVIIIe siècle). Première édition. Elle est illustrée de 3 figures à pleine page, gravées sur cuivre. Relation estimée du voyage d'exploration entrepris par Claude Jannequin, sieur de Rochefort, né à Châlons-sur-Marne au début du XVIIe siècle. De 1637 à 1639, il se rendit en Libye, c'est-à-dire sur la côte occidentale d'Afrique. Il s'intitule <> pour avoir accompagné Pomponne de Bellièvre, envoyé par Louis XIII comme ambassadeur en Angleterre. La première implantation des Français à l'embouchure du Sénégal. Elle est l'oeuvre de Claude Jannequin, associé dans l'entreprise au capitaine dieppois Thomas Lambert. À la requête de quelques marchands de Rouen, ils avaient obtenu de Richelieu un privilège de dix ans pour <>. Forcés de partir en raison de l'insalubrité du climat, ils reprirent la mer deux ans plus tard pour se rendre aux îles du Cap-Vert, avant de regagner Dieppe en 1639. Tous deux on remonté le fleuve jusqu'à Terrier Rouge, à une centaine de kilomètres en amont, pour acquérir de l'ambre, de l'ivoire, du poivre, des plumes d'autruche et l'or de cet eldorado africain qu'étaient les régions aurifères du Bambouk. Un arrière-pays riche, dépourvu de concurrents européens, les engagea à fortifier une habitation fixe à l'embouchure, qui sera baptisée en 1658 île Saint-Louis. La date de la relation indique l'intérêt du témoignage sur <>, leurs coutumes et cérémonies, la pratique du ramadan et de la circoncision. Jannequin est le témoin oculaire d'un combat livré par un roitelet du pays qui, armé d'une sagaie, parvient à terrasser un lion. Curieuse notation sur l'origine du nez camus des indigènes, attribué aux pressions répétées du nez des enfants en bas âge portés dans le dos de la mère en train de battre le mil. Des chapitres traitent de la <>; de la chasse du crocodile et de l'éléphant, sans omettre la description de l'autruche. Reliure restaurée, mors supérieur frotté. Un manque à l'angle de l'une des figures. (Chadenat, n° 5388: <>.- Bourgeois & André, Les Sources de l' histoire de France I n° 465.- Howgego I, p. 604: <>.- Boucher de la Richarderie IV, p. 84).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue