Relation de ce qui s'est passé à l'audience...

Lot 35
Aller au lot
1 500 - 2 500 EUR
Résultat : 1 500 EUR

Relation de ce qui s'est passé à l'audience...

Relation de ce qui s'est passé à l'audience des Mandarins. Joûte la copie imprimée à Toulouse, chez Jean Boude, [1686]. In-4 carré de 8 pp.: sous papier marbré, emboîtage de maroquin rouge moderne. On joint: Harangue faite à Sa Majesté par les ambassadeurs du Roy de Siam le mardi 14 janvier 1687 à leur audience de congé. Paris, Sébastien Mabre-Cramoisy, 1687. In-4 de 6 pp.: vélin moderne. Au XVIIe siècle, le royaume de Siam apparaît comme la grande puissance de l'Asie du Sud-Est, tant pour le commerce que pour la plus grande gloire de Dieu, du fait de sa position entre les mondes indiens et chinois. L'alliance étroite nouée avec la France fut consolidée par des missions diplomatiques instaurées par Louis XIV qui ne doutait pas de parvenir à la conversion au christianisme du roi Phra Naraï, dont le règne s'étend de 1657 à 1688. La mémorable ambassade des Siamois fut le premier contact important et direct, en France, avec l'Extrême-Orient. L'ambassade siamoise reçue avec faste dans la Galerie des glaces. On joint à la Relation de 1686, la Harangue faite à Sa Majesté, prononcée à Versailles, le 14 janvier 1687, lorsque Louis XIV accorda leur audience de congé aux trois ambassadeurs. Leur venue avait suscité une extraordinaire curiosité dont la peinture, les arts décoratifs et les deux livrets témoignent. La Bruyère rapporte l'étonnement produit à la Cour à la vue de Siamois civilisés et tout autre que des <>. Parmi les présents destinés au Roi-Soleil, de l'or, des tapis, plus de 1 500 porcelaines et des étoffes imprimées aussitôt adoptées par la Cour sous le nom de toiles flammées ou Siamoises de Rouen. L'ambassade siamoise à la cour du Roi Soleil
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue