GHIRARDINI (Giovanni)

Lot 50
Aller au lot
2 000 - 3 000 €
Résultat : 2 400 €

GHIRARDINI (Giovanni)

Relation du voyage fait à la Chine sur le vaisseau l'Amphitrite, en l'année 1698. Paris, Nicolas Pepie, 1700. In-12 de (5) ff., 94 pp., (1) f. blanc: veau brun moucheté, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, armes dorées au centre des plats, coupes décorées, tranches mouchetées (reliure de l' époque). Edition originale (?). Une autre édition a paru la même année, sans adresse ni nom d'éditeur. Une expédition française en Chine sous le règne de Louis XIV. En 1697, une société de négociants affréta, avec l'aide de la Compagnie des Indes orientales, une frégate de la Marine royale, L'Amphitrite. A son bord prirent place neuf Jésuites, tous spécialistes en disciplines diverses, et un peintre italien, Giovanni Ghirardini, qui avait été amené en France par le duc de Nevers (il avait décoré l'église des Jésuites de Nevers et la bibliothèque de leur collège à Paris). Artiste de talent, il excellait surtout dans l'art de la perspective, <>, est-il précisé. L'expédition atteignit Canton huit mois plus tard, en novembre 1698. Le récit de la traversée qu'en fait Ghirardini est haut en couleur et parfois cocasse. Ainsi, lorsque l'équipage vient à manquer de bois, <>. Ghirardini souffre et se lamente <>... Parvenu en Chine, le gourmet revit, même s'il faut se plier à des coutumes étranges: <>... En ce qui regarde sa mission artistique, s'exclamant <>, le peintre porte un jugement tout en nuances sur le goût des autochtones: <> (pp. 78-79)... On a relié à la suite: Lettre à Monseigneur le duc du Mayne sur les cérémonies de la Chine, 1700. Edition originale (?) de la fameuse lettre du père Louis Daniel Le Comte dans laquelle il défend les Jésuites contre les accusations d'idolâtrie. Les missions étrangères de Paris obtinrent sa censure par la faculté de Théologie en 1700. (Sommervogel II, 1358: le bibliographe cite quatre éditions différentes à la date de 1700). Bel exemplaire en veau de l'époque aux armes La Rochefoucauld, avec cachet de la bibliothèque du château de La Roche-Guyon sur le titre (Catalogue 1987, nº 553). Mors un peu frottés. (Lust, nº 221: pour une édition différente. En effet, le bibliographe croit les deux ouvrages édités en même temps, ce qui n'est pas le cas: papier, imposition et caractères étant différents: <>). Premier récit de voyage en Chine d'un peintre occidental
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue