ÉGYPTE

Lot 292
Aller au lot
150 000 - 200 000 €
Résultat : 130 000 €

ÉGYPTE

TÊTE MASCULINE DE STATUE-CUBE. Le dignitaire est coiffé d'une perruque évasée, dégageant les oreilles, finement gravée de stries parallèles suivant les contours du visage. Les yeux et les sourcils sont soulignés d'un trait de fard se poursuivant sur les tempes. La bouche droite surmonte une courte barbe postiche. À l'arrière, reste de deux colonnes hiéroglyphiques: "Ô mon dieu de la ville, que ta place (?)... / après moi...". Sur le côté droit, reste de deux lignes hiéroglyphiques: "... qu'elle donne stabilité". Sur le dessus droit, reste d'un cartouche royal avec le signe "Rê" pour "Âakhéperourê", nom de Nesout-bity d'Amenophis II. Granodiorite. Égypte, Thèbes, probablement temple de Mout, Nouvel Empire, XVIIIe dynastie, règne d'Aménophis II. H_25 cm Collection W. Arnold Meijer, Pays-Bas. Ancienne collection Lady Meux, Londres, 1847-1910. Dikran G. Kelekian Inc., New York. Ancienne collection C. Hartley. C. Dikran Kelekian, Ancient Arts, New York, 1964. Exposition: Musée Allard Pierson, Musée Archéologique de l'Université d'Amsterdam, 17 novembre 2006 - 25 mars 2007. Publications: Carol A. R. Andrews & Jacobus van Dijk, Objects for Eternity, Egyptian Antiquities from the W. Arnold Meijer Collection, eds., Mayence, 2006, pp. 132-133, n° 2.37, illus. E. A. Wallis Budge, Some account of the Collection of Egyptian Antiquities in the possession of Lady Meux, of Theobald's Park, Waltham Cross, Londres, 1896, p. 139, n° 56. Les statues-cubes, apparues dans les sanctuaires au Moyen Empire, se diffusent largement au Nouvel Empire. Leur succès tient à leur forme massive les rendant résistantes aux divers dommages, mais aussi à leur capacité à recevoir des textes et des représentations sur la partie cubique couverte d'une gaine. Moyen, pour les particuliers, de s'assurer de l'alimentation dans l'au-delà, elles étaient placées dans les cours des temples, proche de la divinité, afin de profiter des offrandes quotidiennes déposées sur l'autel divin. Les caractéristiques faciales de notre monument suggèrent une datation du milieu de la XVIIIe dynastie, de l'époque thoutmoside. Le traitement des yeux rappelle celui des portraits d'Aménophis II, et le cartouche royal gravé sur le dessus droit indique que le dignitaire représenté était un proche du souverain. Plusieurs parallèles à cette statue ont été découverts entre 1895 et 1897 dans le temple de Mout à Karnak. Ainsi la statue d'Amenemhat (CG 566) avec le cartouche d'Amenophis II, dédiée à Mout, Amon, Atoum, Ptah et Osiris, et celle de Minhotep (CG 953) également vouée à Mout. La référence à la déesse qui "donne stabilité" doit être mis en rapport avec la déesse Mout et indique que la pièce provient probablement de son temple. Notre fragment de statue figure dans le catalogue de la collection de Lady Meux (1847-1910) établi par E. A. Wallis Budge. Celui-ci indique que ces objets ont été acquis par elle en 1882 et 1895-96 et qu'il lui en avait procuré en 1895; il précise le provenance thébaine de cette tête. Les premières fouilles du temple de Mout ont été menées par Margaret Benson et Janet Gourlay entre 1895 et 1897. Il est tout à fait probable que Budge ai fait l'acquisition de ce monument à ce moment au bénéfice de Lady Meux. Après la mort de Lady Meux, la collection a été vendue en 1911. Une grande partie des objets a été acquise par William Randolph Hearst (1863-1951), puis dispersée chez Sotheby en juillet 1939. Le catalogue de la collection Lady Meux établi par Wallis Budge en 1896, dans lequel le monument est référencé sous le numéro 56, sera remis à l'acquéreur
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue