Prosper de BARANTE (1782-1866)

Lot 1
Aller au lot
1 000 - 1 200 EUR

Prosper de BARANTE (1782-1866)

Historien et administrateur 6 Lettres autographes, la plupart signées, [vers 1813-1819], à la duchesse de Duras; 8 pages in-8, 3 adresses. Belle correspondance amicale et littéraire. 20 août [1813]. Félicitations sur le prochain mariage de Mlle Félicie de Duras avec Léopold de La Trémoille, prince de Talmont; il évoque le château de Thouars avec les tombeaux des La Trémoille tués à Marignan: «il ne reste plus que les noms, tout ce qui y était attaché, tout ce qui rendait l'existence grande et puissante a disparu, mais il y a toujours de la magie dans ces noms, et il semble qu'ils vont ressusciter les morts». Il espère pouvoir un jour accepter l'invitation de la duchesse à Ussé: «Les circonstances sont tellement le contraire de tout ce qu'on voudrait, que depuis le sort de l'Europe jusqu'à l'emploi de sa journée, tout marche en broyant la volonté de chacun»... 20 [1816]. Beau commentaire d'Adolphe de Benjamin Constant, «triste et vraie dissertation du coeur humain», que «le commun du monde» ne comprend pas: «Je m'amuse [...] de l'indignation où l'on est sur l'immoralité des deux personnages. S'il ne l'aimait point du tout qu'elle ne l'aimât guères, et puis qu'il la laissât, on trouverait cela bien plus dans l'ordre. L'on ne voit pas qu'ils ne sont dans le malheur et dans le scandale que parce que ce sont deux créatures distinguées, sensibles et scrupuleuses. Au reste c'est toujours le même sujet que traitent depuis cinquante ans, tous ceux qui ont des impressions fortes et vraies. C'est le combat des affections individuelles et libres, avec l'ordre établi dans la société. Elles n'ont pas tort et elle a raison. C'est cette inépuisable source de contradictions qui a fait Héloïse, Werther, René, Corinne, et Adolphe»... 22 février [1818], au sujet d'un volume de littérature allemande (Schiller?): «Il y a du talent, et des choses parlant du fond, ce qui est fort rare de notre tems, et que, vous surtout, devez trouver de votre goût. Mais l'esprit n'a guères le loisir de songer à la littérature. C'est une bien petite affaire en comparaison de tout ce qui se passe. Les sentimens personnels, et les considérations générales ont quelque chose de fort et de réel qui repousse les plaisirs de l'imagination»... D'autres Lettres concernent l'envoi des tragédies de Schiller, la défense du personnel de son ministère contre l'épuration, etc
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue