Pierre-Vincent BENOIST et Denys BENOIST D'AZY (1758-1834 et 1796-1880)

Lot 3
Aller au lot
400 - 500 EUR
Résultat : 300 EUR

Pierre-Vincent BENOIST et Denys BENOIST D'AZY (1758-1834 et 1796-1880)

Diplomates, administrateurs et hommes politiques 11 Lettres autographes des deux, la plupart signées, La Motte Baracé près Durtal (Maine-et-Loire), Chateaubriant et Francfort 1818-1821, à la duchesse de Duras; 37 pages in-8, 5 adresses. Intéressante correspondance du père et du fils, qui fut un temps le soupirant de Clara, fille cadette de la duchesse. Benoist évoque la sympathie de leurs idées avec celles de Mme de Duras, déplore les calomnies de la presse, et entretient la duchesse d'une «comédie politique» en Bretagne, d'«aigrefins qui prétendaient avoir été des agens de conspiration» (9 septembre 1819)... Denys prend la défense de quelques vieux chouans détenus à Alençon («on travaille toujours dans la supposition de guerres civiles», 6 novembre 1818), protège la famille d'un fermier qui fit «toutes les guerres de la Vendée» avant d'être tué le 10 juin 1815 «à côté de nous» (22 septembre 1819), et assure Mme de Duras que son nom sera béni dans le pays «par nos pauvres chouans» (3 octobre 1819)... Il confie aussi quelques impressions de la littérature contemporaine (Mme de Genlis), et dit sa gratitude de «futur secrétaire de légation» (26 septembre 1819)... De Francfort, le 8 janvier [1821], Denys raconte sa journée avec Chateaubriand, en route pour son ambassade à Berlin: le diplomate souhaite suivre le Roi de Prusse à Leybach, et «ce seroit pour lui une chose intéressante que le spectacle de ce congrès où de si grandes choses vont s'agiter. Savez-vous qu'on commence à reparler de Confédération»..
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue