François de CHATEAUBRIAND

Lot 27
Aller au lot
2 500 - 3 000 EUR
Résultat : 6 300 EUR

François de CHATEAUBRIAND

2 Lettres autographes, [Vallée-aux-Loups août 1811], à la duchesse de Duras à Ussé; 3 pages et demie in-4 et 3 pages et demie in-8. Très belles Lettres sur le premier projet des futurs MÉMOIRES D'OUTRE-TOMBE, la tragédie de MOÏSE, et sur Natalie de Noailles. 10 août. «You dont care? nor I neither. Well! I will write twice more to the sweet Lady. You set me at liberty to do what I please and to love everybody. Mais réellement vous déraisonnez complettement sur la rue de Cer. [Natalie de Noailles habitait l'hôtel de Laborde, rue Cerutti]. Elle est à un million de lieues de ce grand voyage [projet d'installation en Russie]. Bien plus, elle me prêche pour le discours [de réception à l'Académie], pour la paix, &c. C'est maintenant un tout autre systême. Soyez tranquille, chère soeur; tout s'arrangera. Je resterai, guéri, raisonnable, heureux. Il est temps de mettre un terme à mille choses que le temps termineroit malgré moi. Certainement le contrat sera passé au mois de 7bre. On vous dira alors où il faudra faire tenir vos fonds pour le mois d'octobre, premier terme du payement». Il évoque Mme Adrien de Montmorency, qui «a pris tant de part à cet arrangement. Vous savez combien je la trouve aimable; elle a une grâce à elle; et je me suis figuré qu'il y avoit dans le siècle de Louis XIV des femmes qui devoient lui ressembler. Elle n'a ni la figure, ni les manières de ce siècle. Quoi que vous en disiez, je n'en serai pas moins enterré avec mes bouquins; cela ne les empêchera pas de faire un certain bruit dans le monde. J'en prépare d'autres à tout hazard en cas que les premiers soient destinés au tombeau. I dont care! Savez-vous que j'ai un acte entier d'une tragédie [Moïse] fait en vers et tout le plan écrit en prose? Mais cela ne sera pas pour la société. Je me suis réservé par le contrat la tragédie, les Mémoires de ma vie et l'Abencerrage. Tout le reste sera à vous. Bon jour chère soeur. Si je ne vais pas chercher le château de la Dame des Belles Cousines, croyez que s'il m'étoit possible j'y volerois avec plus d'empressement que le Petit Jehan et sans craindre de m'y voir trompé. Si je n'ai point eu le bonheur du preux chevalier je n'aurai point aussi ses peines». Après la date, «10 août», il ajoute: «Je remarque cette date, elle commence nos malheurs». (CG II 517). Mercredi 21 [août]. «Ce qui m'empêche d'aller à Ussé n'est point la rue Cérutti [Natalie de Noailles] mais la longueur de la route, l'état malheureux de mes affaires et la santé de Mme de Ch[ateaubriand]. Je pourrois bien quitter la Vallée pour cinq ou six jours, mais irois-je à Ussé pour 24 heures? Vous voir un moment ne me donneroit que le regret de vous quitter. Votre conseil sur mes mémoires seroit bon si je n'avois commencé cette tragédie [Moïse] qui me tourmente. Je ne puis jamais faire deux choses à la fois. Mais certainement cet hyver j'écrirai quelques livres de ces mémoires. J'ai beaucoup de sentimens renfermés que je veux exprimer pour m'en délivrer, et je suis convaincu que je montrerai un intérieur d'âme assez extraordinaire. Je suis assez curieux de voir ce que je pourrai dire quand je m'abandonnerai à toutes mes pensées sans garder aucune convenance et sans me faire aucune restriction. Mais je ne voudrois pas pousser ces mémoires jusqu'au temps où ma vie est devenue publique. J'ai en horreur cette facilité avec laquelle on dispose des secrets des autres comme des siens. Mais il faut que je vous fasse une querelle. Pourquoi étiez-vous embarrassée par cette dame Adrienne [Mme Adrien de Montmorency]? Je vous jure que je pense tout ce que j'ai dit d'elle. Elle me plaît beaucoup, je vous l'avois déjà dit, et je me souviens que vous en rîtes quand je vous contai que je la trouvois très naïve et très agréable. Allez-vous être jalouse de celle-là? Je ne puis m'empêcher à mon tour de rire de vos galimatias sur la rue Cerruti. Vous supposez qu'elle veut tour-à-tour la R[ussie] et la Paix. Point du tout. C'est moi qui ai voulu souvent la R[ussie]. Elle ne l'a jamais voulu; mais elle veut la Paix que je ne la veux pas. Voilà une nouvelle source de conjectures et d'obscurités pour vous. Vous ferez làdessus de grands noirs raisonnemens qui m'amuseront»... (CG II 518)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue