François de CHATEAUBRIAND

Lot 31
Aller au lot
1 000 - 1 200 EUR
Résultat : 3 700 EUR

François de CHATEAUBRIAND

Lettre autographe, Paris 24 octobre 1811, à la duchesse de Duras; 4 pages in-8. Intéressante lettre sur son projet de société en actions, et son discours de réception à l'Académie, que Chateaubriand refuse définitivement de refaire. «L'Abencerrage, chère soeur, est délivré. Je dois ce bonheur à M. de Tocqueville qui m'a fait trouver l'argent nécessaire. Il n'y a plus que notre grande affaire à completter; il manque encore neuf actions. Il faut espérer que nous les trouverons cet hyver. Ce n'est point une mauvaise querelle que l'on a faite à M. de Lé... [Lévis], c'est à M. de Rosanbo qu'il a eu la bonté de parler de notre affaire, de la manière la plus polie. M. de R[osanbo], comme vous le savez, est un homme parfait et qui ne ment jamais. Si vous le vouliez absolument, nous lui ferions grâce mais cela me coûteroit beaucoup. Il nous faudroit surtout dans notre affaire des personnes obscures, sages, prudentes, capables pourtant de sentir ce qu'il peut y avoir d'honorable dans nos arrangemens. [...] Les nouveaux membres de l'Institut prononceront, comme vous l'avez vû dans les journaux, leur discours de réception le 7 du mois prochain. Ainsi voilà mon affaire absolument finie. On a renoncé à me prier plus longtemps de faire le second discours, que rien au monde ne m'auroit persuadé de faire. Me voilà sorti sans accident de cette grande lutte. Il faut convenir que si je ne suis pas heureux dans les petites choses de la vie, je ne manque pas de bonheur dans les grandes. Reste à savoir maintenant si je serai rayé de la liste. Mais dans tous les cas je suis par le fait hors de l'Inst[itut] n'ayant ni droit de séance, ni droit de vote &c. Voilà, chère soeur, une lettre full of informations. Vous devez être contente. [...] Vous voulez donc me donner une nièce? Cette idée me charme. Vous voulez, je le vois, me réconcilier avec les mariages». Il ira «passer le mois de novembre avec les nouveaux mariés chez Mde d'Orglandes. Vous voyez bien que je vous prends pour ma soeur; et que mes billets à la main seroient encore bien plus longs si je vous disois toujours combien je vous aime». (CG II 531)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue