François de CHATEAUBRIAND

Lot 44
Aller au lot
1 500 - 2 000 EUR
Résultat : 3 100 EUR

François de CHATEAUBRIAND

Lettre autographe, Samedi soir 20 juin 1812, à la duchesse de Duras; 5 pages et demi in-4 (trous par corrosion d'encre avec qq petits manques, bords froissés). Longue lettre sur le style. «Comment se fait-il, chère soeur, que vous et les personnes avec lesquelles vous pariez, en soyiez encore à connoître la canaille qui m'attaque au nom de ses maîtres? Ne savez-vous pas, ou ne devezvous pas deviner, que dans cette dernière dispute, on a affecté de confondre mes phrases avec celles de Mde de Staël et par une dérision dégoûtante avec les phrases d'un M. de Livry dont personne n'a jamais entendu parler? Ne savez-vous pas que non seulement, ils altèrent mes phrases (en disant qu'ils ne les changent pas); mais qu'avec leur bonne foi accoutumée, ils vont reprendre dans les premières éditions du G. du ch. [Génie du christianisme] et dans Atala des phrases corrigées depuis huit ans, et souvent changées de manière à devenir [agréables] de douteuses qu'elles étoient? et en voici un grand exemple. La phrase que vous citez et pour laquelle vous avez parié, se trouve à peu près telle dans la 1ère et dans la 2de édition du G. du ch. [Génie du christianisme]. Encore a-t-elle rapport à Diane. Mais dans toutes les éditions suivantes, on lit: "Ce qu'il y avoit de plus sublime et de plus doux dans la fable possédoit la virginité: on la donnoit à Vénus-Uranie et à Minerve, déesses du génie et de la sagesse. L'amitié étoit une adolescente, et la virginité elle-même, personnifiée sous les traits de la lune, promenoit sa pudeur mystérieuse dans les frais espaces de la nuit" [...] Vous avez je crois gagné de toutes les manières: car certainement la phrase, telle qu'elle soit dans la première édition, n'est pas exactement aussi ridicule que vous la citez, et elle [n'existe] plus dans les dernières éditions? Savez-vous que si l'on vouloit d'ailleurs s'amuser à recueillir, surtout dans les Sermons de Bossuet, les phrases extraordinaires, on feroit le recueil le plus ridicule? Si j'avois eu un moment l'envie de faire cet extrait et de l'envoyer comme pris dans mes ouvrages, il est très certain qu'ils y auroient été attrapés. Que diroient-ils donc, si j'avois appellé la mort une grande rature passée sur la vie? si j'avois dit qu'une femme fût douce envers la mort comme envers tout le monde. Si j'avois dit comme Mde de Sévigné: J'ai beau frapper la terre du pied il n'en sort qu'une vie insipide et monotone. Si j'avois dit comme Racine: au-dessus d'un succès un naufrage élevé et cent mille autres tours aussi étranges, et ce mélange continuel d'expressions triviales et simples qui accompagnent le sublime dans Bossuet et dans Corneille? y auroit-il eu assez de sifflets? - Je ris de votre joie de me voir en rapports avec des hommes. Je veux bien être le héros des femmes, mais il n'est pas moins vrai que les premiers hommes littéraires du siècle ont été ou sont mes amis: La Harpe m'a nommé seul dans son testament avec Fontanes; Fontanes est mon ami; et Dussault, l'abbé de Boulogne, Bonald &c ont été mes juges, et puisqu'il le faut dire mes admirateurs. Croyez-vous donc qu'il n'y ait que les belles dames à me dire des douceurs? Eh! bon Dieu plût au Ciel qu'il en fût ainsi! Je serois moins importuné d'éternelles lettres, auxquelles je me tue de répondre. [...] J'oubliois à propos de phrases de vous dire que dans le dernier article d'Hof. [Hoffman] on dit qu'il a cité pour s'en moquer quelques-unes des plus belles phrases que j'aie faites en ma vie. Entre autres celle où je dis que le désert s'est tû depuis qu' il a entendu la voix de l'Éternel, phrase sur laquelle Font[anes], juge sévère et même timide, ne cesse de se récrier d'admiration. Quoi! vous trouveriez 15,000ll? Cela n'est pas possible. Cela seroit trop obstiné. Voici encore vos querelles en défaut. Le contrat de vente de la Vallée n'est que de 20,000ll quoiqu'elle m'en ait coûté 30,000. Vous voyez que l'hypothèque de 24,000ll passe même la valeur exprimée. J'ai il est vrai mangé depuis, plus de 150,000ll dans la Vallée à la bâtir, à la planter &c. Mais tout cela, comme vous savez, est nul pour hypothèque; il n'y a que la somme portée au contrat qui puisse faire la base de l'emprunt. Mon cuisinier, mes gens, et tout mon train avec le feu, la lumière &c ne me coûtent par mois que 300ll [...] Tout cela fait 6000ll et moins par an. C'est la pure vérité. Et c'est Mde de Ch[ateaubriand] qui paye et fait les comptes jour par jour. Nous ne devons jamais un sou sur le courant de la maison. Hors les voyages et la Vallée, je n'ai pas un goût. Et les voyages et la Vallée sont finis. [...] L'histoire va bien. Moyse vous attend»... (CG II 570)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue