[RESTIF de La BRETONNE (Nicolas Edme)]

Lot 105
Aller au lot
3 000 - 4 000 EUR
Résultat : 4 100 EUR

[RESTIF de La BRETONNE (Nicolas Edme)]

Les Nuits de Paris, ou le Spectateur nocturne. Londres et Paris, 1788-1794. 16 tomes en 8 volumes in-12, demi-basane brune, dos lisses filetés or, tranches jaspées (reliure du XIXe siècle). Édition originale. Rare exemplaire complet des seize parties requises. L'illustration comprend 16 figures hors texte de Binet. Précieuse iconographie figurant, pour la plupart, Restif de La Bretonne dans son curieux costume de "Spectateur nocturne", portant cape et chapeau à larges bords, surmonté d'un hibou. L'une des planches représente un dîner chez Grimod de La Reynière. Restif de la Bretonne chroniqueur de la fin de l'Ancien régime. "Les Nuits de Paris sont plus qu'un recueil d'anecdotes pittoresques sur le petit peuple parisien: pour leur étrangeté poétique, le mystère qu'on devine dans les détails familiers, la bizarrerie des rencontres, la fertilité du hasard autour du promeneur toujours vigilant, toujours présent comme un Maldoror ou un Fantômas aux drames cachés dans les ténèbres, on peut les rapprocher d'oeuvres modernes inspirées par la capitale, le Spleen de Paris, le Paysan de Paris ou Nadja" (Henri Coulet, Le Roman jusqu' à la Révolution, p. 493). Cette vision hallucinante du Paris de la fin de l'Ancien Régime est complétée en 1790 et 1794 d'une quinzième et d'une seizième parties. Ces deux tomes sont un journal personnel de Restif, pendant la Révolution - depuis le 23 avril 1789 jusqu'au 31 octobre 1793 - et "possèdent, pour cette raison seule, un intérêt exceptionnel" (Rives Childs). L'ultime chapitre, de l'aveu même de Restif dans Monsieur Nicolas, "devait décrire toutes les horreurs de Marat et de son parti (...) tous ces exécrables gredins". Cela vaudra à son auteur une convocation devant le comité de Police de la Commune de Paris qui censurera plusieurs passages de l'ouvrage - avant de l'interdire tout simplement. Le libraire Mérigot, déjà effrayé, n'osa pas le mettre en vente, allant même jusqu'à détruire la plupart des exemplaires en sa possession. "Ce grand ouvrage, essentiellement parisien, a toujours été recherché, alors même que les oeuvres de Restif étaient encore décriées, négligées et presque inconnues de notre génération, écrit Paul Lacroix en 1875, ajoutant: c'est, en effet, un livre unique qui représente la physionomie morale de Paris vers la fin du dixhuitième siècle" (Bibliographie de Restif de La Bretonne, p. 299). Précieux exemplaire complet du rarissime texte de la seizième partie. Paul Lacroix, à la fin du XIXe siècle, pensait qu'il n'en subsistait pas 10 exemplaires... Et tous les bibliographes de renchérir; "rarissime" pour Rives Childs, "presque introuvable" pour Cohen. Elle comporte certains feuillets qui ont été censurés et remplacés par des cartons. Exemplaire en reliure uniforme. Le frontispice du tome XVI, représentant Charlotte Corday, fait défaut comme très souvent. Enfin, les 12 feuillets de tables non chiffrés à la fin du tome XV manquent. (Rahir, Bibliothèque de l'amateur, 612.- Rives Childs, Restif de la Bretonne, pp. 303-306.)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue