[STERNE]. Julie de LESPINASSE

Lot 217
Aller au lot
Estimation :
2000 - 3000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 4 637EUR
[STERNE]. Julie de LESPINASSE

Suite du Voyage sentimental. Sans lieu ni date [vers 1770].
Manuscrit in-8 de (58) ff. dont 6 blancs: maroquin rouge, dos lisse joliment orné, pièce de titre de maroquin vert, triple filet doré encadrant les plats avec fleurons dorés dans les angles, coupes et bordures intérieures décorées, doublures et gardes de soie bleue, tranches dorées (reliure de l'époque).
Ravissant manuscrit du XVIIIe siècle offrant les trois fameux “chapitres supplémentaires” au Voyage sentimental de Sterne.
Joliment calligraphié dans des pages encadrées d'un trait rouge, le manuscrit a été exécuté vers 1770. Il contient le Chapitre XV, qui ne vous surprendra pas, et le Chapitre XVI, que ce fut une bonne journée que celle des pots cassés!, ainsi que: Le seigneur de château, chapitre 50 ème du Voyage sentimental.
Brillants pastiches de Sterne par Julie de Lespinasse (1732-1776), femme de lettres. Ils ont été conçus comme suppléments au Voyage sentimental et ne parurent que de manière posthume. Ils circulèrent cependant sous forme de manuscrits dans les milieux encyclopédistes que fréquentait et qu'animait leur auteur, dont le salon rue de Bellechasse était des plus courus: elle y reçut notamment Condillac, Condorcet, Grimm, Suard, D'Alembert et Sterne.
Ses contemporains ignorèrent pour la plupart que la muse de l'Encyclopédie fût un écrivain de race. Le recueil de ses Lettres adressées au trop volage comte de Guibert, qu'elle aima à en mourir, sont les Lettres portugaises, combien plus authentiques, d'un siècle sceptique. Les Goncourt y ont senti “le plus fort battement de coeur du XVIIIe siècle”, annonçant le mal et les fièvres d'un romantisme dont elle fut une des premières victimes, et là encore: la plus vraie.
Les deux premiers chapitres ont paru pour la première fois dans les Oeuvres posthumes de D'Alembert (1799, II, pp. 22 à 42); le dernier dans les Nouvelles Lettres de Mlle de Lespinasse (Paris, 1820).
Les deux premiers mettent en scène Mme Geoffrin,
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue