BEETHOVEN, Ludwig van

Lot 581
Aller au lot
Estimation :
1500 - 2000 EUR
BEETHOVEN, Ludwig van
Resignation. Vom Herrn Grafen Paul v. Haugwitz In Musik gesetzt von Ludv. van Beethoven, Vienne, Anton Strauss, 1818.
Une planche de musique gravée (2 pages), 205 x 247 mm, publiée comme supplément détachable dans le périodique Wiener Zeitschrift für Kunst, Literatur, Theater und Mode, in-8 (233 x 130 mm) de (8)- 636-(6) pp., planches en noir ou en couleurs, simples ou dépliantes: demi-toile noire (dos refait), plats de papier marbré et pièce de titre d'origine.
Édition originale, rare, de cette mélodie de Beethoven.
Beethoven nous étonne toujours. En 1817 il écrit deux nouvelles pièces pour quatuor à cordes à l'intention de deux Anglais séjournant à Vienne; l'année suivante il produit un lied pour un magazine spécialisé dans la mode féminine.
On comprend mieux "Resignation" (WoO 149) lorsque l'on se souvient que Beethoven, dont la surdité ne cessait d'augmenter, pensait souvent au suicide. Dans le testament d'Heiligenstadt (octobre 1802), il écrit: "Il n'y avait que mon art pour me retenir. Oh, il me semblait impossible d'abandonner le travail avant d'avoir retranscrit tout ce que je ressentais; j'ai épargné cette vie maudite". Il finira par céder à la fois à la surdité et aux obligations de l'art en se retirant de la vie sociale.
Autre thème présent dans la mélodie: les relations du compositeur avec les femmes, rarement couronnées de succès. Quelque temps avant la composition de ce lied, Beethoven avait achevé "An die ferne Geliebte", Op. 98, dont le texte invoque l'être aimé, distant et inaccessible.
Le poème est l'oeuvre du comte Paul von
Haugwitz. Les vers évoquent une flamme qui brille ardemment jusqu'à ce qu'on lui "vole" l'air qui la nourrit. Le poète conseille à la flamme d'oublier cet air dont la privation la fait "vaciller" dans une quête impossible: mieux vaudrait pour elle de s'éteindre tout à fait
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue