GUILLAUME APOLLINAIRE. L'Arétin et son temps.... - Lot 41 - Pierre Bergé & Associés

Lot 41
Aller au lot
Estimation :
4000 - 6000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 8 450EUR
GUILLAUME APOLLINAIRE. L'Arétin et son temps.... - Lot 41 - Pierre Bergé & Associés
GUILLAUME APOLLINAIRE. L'Arétin et son temps. Sans lieu ni date [avant janvier 1911]. Manuscrit autographe de 19 pages ¼ écrites au verso de 20 programmes de “L'après-midi des poètes” tirés sur papier vert et montés sur onglets: demi-veau vert à la Bradel avec petits coins (Montecot). Manuscrit autographe complet d'une conférence donnée à Bruxelles en janvier 1911 consacrée à l'Arétin. Plutôt que L'Arétin et son temps, Apollinaire explique en préambule que sa conférence devrait s'intituler: L' infl uence de l'Arétin sur les lettres françaises. Il passe en revue les écrivains français qui ont puisé dans l'oeuvre de l'Arétin, tels Corneille et Molière, mais “il est encore et de la plus indéniable façon le talent dont l'apparition causa le génie de François Rabelais. Ce demi-dieu fut en Italie prendre contact avec lui-même. [...] Il apparaît [...] à lire Pantagruel que Rabelais eut été tout autre si les franches vauriennes des Ragionamenti d'Arétin n'avaient achevé de délivrer son esprit qui est la plus grande culture, la plus grande raison et la plus grande liberté. [...] Oublié pendant le 18e et presque tout le 19e siècle l'Arétin eut encore une infl uence sur le talent d'un romancier excellent quoiqu'un peu oublié aujourd' hui. Je veux parler d'Hugues Rebell mort il y a peu d'années et qui faisait sa lecture favorite des oeuvres du Divin. Au reste, sa Nichina est une sorte d'adaptation charmante et excellente des Ragionamenti [...]. Une autorité si certaine sur la littérature française est propre à conférer aux oeuvres de l'Arétin une importance qu'on n'avait pas dite. Il faut réparer l' injure des siècles et ne plus mépriser l'Arétin, mais le regarder au contraire comme un des talents, sinon des génies créateurs de tous les temps, entre son père Francisco Delicado, et son fi ls François Rabelais.” Le texte a paru pour la première fois dans les OEuvres complètes de Guillaume Apollinaire (Pléiade, 1993, pp. 864-872) d'après la copie manuscrite, fautive, qu'en av
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue