Max JACOB. Les OEuvres burlesques et mystiques... - Lot 48 - Pierre Bergé & Associés

Lot 48
Aller au lot
Estimation :
8000 - 10000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 7 583EUR
Max JACOB. Les OEuvres burlesques et mystiques... - Lot 48 - Pierre Bergé & Associés
Max JACOB. Les OEuvres burlesques et mystiques de frère Matorel mort au couvent. Illustré de gravures sur bois par André Derain. Paris, Henry Kahnweiler, 1912. In-8, maroquin aubergine, dos lisse et plats entièrement recouverts d'un décor géométrique de filets à froid, filets noirs en tête et pied du dos et en encadrement des plats, doublures et gardes de maroquin parme, tranches dorées sur témoins, couverture et dos conservés, étui (Semet et Plumelle). Édition originale tirée à 106 exemplaires numérotés: un des 85 imprimés sur hollande Van Gelder, signé par l'auteur et le peintre (n° 59). L'illustration comprend 66 bois gravés d'André Derain, dont un à pleine page. Deuxième volet de la trilogie de saint Matorel, le seul illustré par André Derain. “La trilogie aura confirmé avant-guerre, jusque dans la virtuosité, la saisissante reprise qu'amorçait L'Enchanteur pourrissant [également illustré par Derain]. Kahnweiler, par le truchement de Derain et de Picasso, d'Apollinaire et de Max Jacob, a façonné la forme du livre de dialogue - les principes sont en place, les lois sont établies” (Peyré, Peinture et Poésie, le dialogue par le livre, p. 110). Remarquable et long envoi autographe signé à Paul Éluard: Sur les berges de ma vie aux tristes itinéraires parmi les décades et décades d'années dam nées m'émeut une rencontre équestre un majestueux et fin messager oh ! quelle joie s' il me tend de sa haute monture le Manteau glorieux de sa sympathie Max Jacob 10 juillet 42 Paul Éluard a fait monter en tête un charmant autoportrait original de Max Jacob à la gouache. Le poète s'est représenté assis devant un chevalet, palette et pinceaux en main, devant une fenêtre ouverte à la manière des vedutte italiennes. On a relié en tête une lettre autographe signée adressée à Paul Éluard le 28 octobre 1941 de Saint Benoît sur Loire (1 page in-4, premier plat de l'enveloppe conservé). Monsieur, Paulhan loue votre patience - sans doute parce qu'on a tout
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue