Nelson ALGREN.

Lot 36
Aller au lot
Estimation :
3000 - 4000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 11 374EUR
Nelson ALGREN.
Chicago : City on the Make. Garden City, NY, Doubleday & Company, 1951.
In-12 : demi-toile bleue à la Bradel, jaquette rempliée illustrée en couleur (reliure de l' éditeur).
Édition originale.
Essai fameux sur la ville de Chicago alors en pleine mutation. Romancier engagé, Nelson Algren (1909-1981) connut le succès avec The Man with the Golden Arm (1949). Plusieurs de ses romans furent adaptés au cinéma.
Il rencontra Simone de Beauvoir en 1947 à qui il dédiera A Walk on the Wild Side (1955). Ils vécurent une histoire passionnée qu'évoquera Simone de Beauvoir dans Les Mandarins, à l'origine d'une extraordinaire et volumineuse correspondance.
Exceptionnel envoi autographe signé sur un des feuillets de garde :
For Sartre, always a captain and nearly a general avec amitie from Algren, always a private and nearly a sergeant!
On joint deux belles lettres dactylographiées et signées de Nelson Algren, une adressée à sa première femme, Michèle Vian - qui fut la maîtresse de Sartre - et une autre à Boris Vian.
(2 lettres dactylographiées signées, chacune de 1 p. in-4.)
La lettre adressée (sans doute en 1949) à "Ma cher Zasu", dactylographiée à l'encre rouge et ornée d'un dessin original aux crayons de couleurs, est pleine d'humour. Il évoque notamment le séjour de Simone de Beauvoir aux États-Unis :
Please tell Jean-Paul that I'm worried about Castor: she will eat nothing but hot dogs and
Corn Flakes, drink nothing but coca-cola, bathes twice a day and is in love with Errol
Flynn. Myself, I love only the Marshall Plan, the North Atlantic Pact, the Truman Doctrine, the Open-Door Policy [...] La Fayette we are here, Chevalier Please Come Back, Petain
We Miss You, Carpentier Were Did You Go, and Mistinguette - but I think Castor goes too far. For when I try to learn from her what is literature, she shows me a copy of something called "I' ll Spit on Your Grave" and says that is literature.
Il est ensuite question assez longuement de Juliette Greco.
La lettre adressée à Boris Vian, également en anglais, est relative à l'édition de The Man with the Golden Arm. Traduit en français par Boris Vian, le roman devait paraître chez Gallimard, qui avait déjà payé Algren. Mais André Bey des éditions Stock proposant plus, Algren imaginait pouvoir reprendre ses droits sur le livre et le vendre une seconde fois, Gallimard ayant trop tardé à la publier. (Le livre parut bien chez Gallimard.)
L'exemplaire porte également des annotations manuscrites, de la main de Boris Vian, sans doute en vue d'une traduction de l'ouvrage.
La jaquette est usagée et restaurée au papier collant.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue