CLOOTS (Jean-Baptiste, dit Anacharsis, 1755-1794)

Lot 129
Aller au lot
1 500 - 2 000 €
Résultat : 2 000 €

CLOOTS (Jean-Baptiste, dit Anacharsis, 1755-1794)

Conventionnel (Oise), "l'Orateur du Genre humain", adversaire fanatique de la religion et de l'aristocratie, guillotiné avec les Hébertistes. Lettre autographe signée "le Bn de Cloots du Val-de-Grace", Orléans 26 juillet 1789, à son cousin [le marquis Anne-Pierre de Montesquiou-Fézensac]. 2 pages et quart in-4. Belle et rare lettre des débuts de la Révolution. La position extraordinaire dans laquelle il se trouve explique le flottement de son dernier courrier; il a été distrait lors de sa rédaction par des personnes causant avec le comte de Berchini, chez lequel il loge. "Vous savez que l'on est à la piste de la clique anti-Necker: je suis enveloppé dans ces perquisitions"... Ne connaissant personne à Orléans, il s'est recommandé de sa part... "Mais on vient de former ici un Comité Permanent, à l'instar de Paris; de sorte que pour ne pas se compromettre, M. de Berchini m'a donné un brigadier qui m'accompagnera jusqu'à la réception de vos nouvelles. Jamais pareille aventure ne m'est arrivée; il ne manquoit que cet épisode à l'histoire de ma vie. Je suis prisonnier, mon digne Protecteur, et quoique prisonnier ambulant, j'ai besoin de ma philosophie pour envisager de sang froid un esclavage absolument nouveau pour moi. Ah ! divine liberté, je ne connaissois pas tout ton prix. Mon brigadier est un bon diable, nous fesons de belles promenades ensemble, eh bien, il me semble que je le porte sur mes épaules"... Sa malle est à Nantes et il n'a pas de domestique, "ce qui joint à la négligence de mon costume, me donnoit l'air d'un fugitif ". À ce propos, il est enchanté par l'attitude de M. Berchini, qui a su dissiper ses soupçons à son sujet, "pendant que des subalternes me fesoient platement entrevoir qu'ils me croyoient de bonne prise. En seroit-il de l'indulgence et de l'affabilité comme de la pesanteur qui se manifeste davantage en raison de l'élévation de la chute ? Sans doute que la populace de Paris, sur un simple soupçon, m'eut accroché au poteau d'un réverbère. C'est bien dommage qu'il n'y ait pas du nic ou du niac dans mon nom. En faveur de la rime, mon affaire étoit faite, on m'étrangloit en mémoire des odieux Polignac. Et M. Necker auroit eu un zélateur de moins. L'Amour-propre d'un sot eut beaucoup souffert, à ma place, chez M. le Commandant; mais le mien est fort au dessus des miseres qui éblouissent le vulgaire. Je n'ai été sensible qu'au vol qu'on m'y a fait d'un bon mot. J'avois dit dans le sallon à un de ces Messieurs, que Paris ressemble aujourd'hui à Constantinople, avec la différence qu'en Turquie on coupoit les têtes de haut en bas, et qu'en France on les coupoit de bas en haut. J'entendis répéter mon adage une heure après. Et sur ce que M. le Général me cita pour l'auteur du mot, on eut l'assurance de me répondre que c'est à moi qu'on l'avoit dit en premier lieu. J'ai eu la modestie, ou plutôt la faiblesse de ne pas insister là-dessus. Semblables larcins n'appauvrissent pas les riches et n'enrichissent pas les pauvres. Je parierais que M. de Berchini est très persuadé que ce n'est pas moi qui suis le voleur. Il a du tact, votre respectable voisin"... Il termine par un appel à l'aide: "Mon coeur se comprime en songeant à ma captivité, consultez le vôtre, mon cher marquis; et vous ne tarderez pas à faire élargir votre infortuné cousin"...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue