GORON (Marie-François, 1847-1933)

Lot 305
Aller au lot
300 - 400 €
Résultat : 650 €

GORON (Marie-François, 1847-1933)

Chef de la Sûreté parisienne, auteur d'intéressants Mémoires. La Police des Moeurs. - Plus de Saint-Lazare - Des hôpitaux et non des prisons. Manuscrit avec corrections et additions autographes, 8 pages et demie in-fol. Sur la répression de la prostitution. Des erreurs ont été commises et continueront de l'être; à son avis, le Service des Moeurs est parfaitement inutile, et "la réglementation de la prostitution, telle qu'elle existe en France, est un reste de barbarie moyenâgeuse, assimilant les filles soumises à de véritables esclaves"... Il blâme les pères la Vertu et les " feuille-de-vignards" de faire sévir la police à outrance, et demande plutôt "que ceux qui en ont le pouvoir tâchent de trouver quelque chose en rapport avec le respect de la liberté individuelle qui est la base de notre société moderne, pour remplacer (...) ce fatras de règlements plus ou moins arbitraires et dont le fond est à peu près demeuré intact depuis le règne de St Louis"... La vie des "pauvres diablesses" se résume à une "navette" inutile faite pour justifier l'existence d'un Service des Moeurs, alors que le rôle de la Police n'est pas la moralisation de Paris. Il préconise la création d'un hôpital à la place de la prison de Saint-Lazare, pour soigner les femmes malades comme on soigne les hommes de la Légion étrangère; il souhaite "moins d'hypocrisie, il faudrait cesser de considérer comme honteuses certaines maladies; c'est parce qu'on les cache (...) qu'elles se propagent !"... On joint une lettre autographe signée, 1er octobre 1898, à propos d'une affiche pour laquelle il propose soit une scène de l'affaire Gouffé, soit l'assassinat d'une fille publique par son souteneur (2 p. in8); plus 2 photographies.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue