CHAPLIN Arthur (1869-1935) peintre

Lot 9
Got to lot
Estimation :
4000 - 5000 EUR
Result without fees
Result : 7 000EUR
CHAPLIN Arthur (1869-1935) peintre
Manuscrit autographe signé, calligraphié et orné de 13 peintures et de très nombreuses lettrines, [1908-1909]; 26 pages sur 15 feuillets de parchemin in-fol. (environ 55 x 45 cm), sous portefeuille recouvert de brocart doré, avec un cadre de passementerie sur le plat sup., blason de soie de la Maison de Toledo couronné avec incrustations de verre de couleur au centre du plat sup., doublure de soie brochée pourpre à ramages avec cadre de broderies dorées, dos de passementerie, dans un coffret de basane rouge frappé d'une couronne dorée et doublé de soie et de velours pourpre (coffret usagé avec fente, poignée détachée). Extraordinaire missel d'amour calligraphié et enluminé de peintures et lettrines, consacré à l'amour du peintre pour Illan Alvarez de Toledo, marquis de Casa Fuerte. Arthur Chaplin (1869-1935), fils du peintre Charles Chaplin, s'est spécialisé dans la nature morte et l'imitation des vieux peintres hollandais. Dans les années 1908-1909, il a connu une passion brûlante pour Illan Alvarez de Toledo, marquis de Casa Fuerte (1882-1962), ami de Gabriele D'Annunzio, Marcel Proust et Robert de Montesquiou. Illan de Casa Fuerte a raconté longuement dans ses mémoires, Le dernier des Guermantes. Mémoires (Julliard, 1994, p. 262-267), cette adoration que conçut pour lui le peintre, homme d'un autre siècle: "Grand et mince, les cheveux tout blancs bien qu'il n'eût que trentecinq ans, le visage rasé, l'air austère et détaché de ce monde. Sa peinture rappelait celle des peintres flamands"; l'ayant rencontré, Chaplin voulut faire le portrait d'Illan, qui raconte les séances de pose. Ayant dû quitter Paris pour régler un procès à Palerme, Illan trouva à son retour non pas un, mais cinq portraits de lui: "Tous plus ou moins ressemblants: autant de variations sur un thème connu. Chaplin, nul doute, s'était pris de passion pour moi ou, plus exactement, pour son modèle. [...] parce qu'il vivait tout seul, qu'il portait des talons trop hauts quoiqu'il fût très grand, qu'on
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue