ECOLE VÉNITIENNE DU XVIIE SIÈCLE, SUIVEUR DE TITIEN

Lot 20
Got to lot
Estimation :
7000 - 12000 EUR
Result without fees
Result : 7 000EUR
ECOLE VÉNITIENNE DU XVIIE SIÈCLE, SUIVEUR DE TITIEN
Allégorie conjugale Toile (restaurations, sans cadre). H_108,5 cm L_126 cm Notre tableau se rapproche de la toile (115 x 132 cm) conservée à la Alte Pinakothek de Münich. Cette dernière est une variante, peut-être d'Alessandro Varotari, de l'oeuvre de Titien conservée au musée du Louvre (Toile, 123 x 107 cm; voir H. E. Wethey, Titian. The Mythological & Historical Paintings, Londres, 1975, n° 1 et n° 1 variante 3, reproduits fig. 68 et 186).Notre tableau est une découverte importante qui illumine d'un jour nouveau la carrière de Tiepolo à Würzburg, ses relations avec ses mécènes et ses rapports artistiques avec son fils Giandomenico. C'est un important ajout à l'oeuvre de Giambattista Tiepolo qui vient avec surprise se poser comme le pendant de L'Allégorie de Flore dans une collection américaine (vente anonyme, Londres, Christie's, 2 décembre 2008, n° 40, reproduit en couleur). Notre tableau révèle une face plus intime et privée de l'oeuvre du plus grand représentant du Settencento vénitien. Notre tableau est peint par Giambattista Tiepolo lors de son séjour à Würzburg entre 1750 et 1753. Il travaille essentiellement à la décoration intérieure de la nouvelle résidence épiscopale du prince-évêque Carl Philippe von Greiffenclau. Carl Philipp Reichfreiherr von Greiffenclau zu Vollraths (1690 - 1754) intègre très tôt le cercle restreint des religieux de Würzburg et de Mayence. Il est recteur de l'université de Mayence de 1739 à 1749, avant de se voir attribuer la charge de prince-évêque de Würzburg (comme son oncle Johann Philipp von Greiffenclau) de 1749 à sa mort en 1754. Dès son entrée à Würzburg, Greiffenclau organise régulièrement de grandes fêtes et beaucoup de réceptions auxquelles il convie toute sa famille de laquelle il tient à rester proche. Il fait venir sa soeur Marie Anna Sophia, auprès de lui à la Résidence. Les sources anciennes nous disent qu'après un long séjour dans la Résidence, Marie Anna Sophia laisse à son départ en 1752, quelques cadeaux à Tiepol
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue